La droite dure maintient les rentières et rentiers dans la précarité

La majorité de droite de la CSSS-N a décidé de suspendre l’adaptation du montant maximal pris en compte au titre du loyer pour le calcul des prestations complémentaires (PC) de l’AVS et de l’AI. Ainsi, le loyer maximal de référence est resté inchangé depuis 15 ans, alors même que le prix des loyers a, quant à lui, augmenté de 21%. Les atermoiements de la droite dure sont aussi irresponsables qu’incompréhensibles. Les montants maximaux pris en compte au titre du loyer couvrent de moins en moins les coûts réels du logement. Une augmentation est nécessaire aujourd’hui et non dans quelques années. Continuer

Le Conseil fédéral investit moins que prévu dans la formation

Le Conseil fédéral veut limiter les investissements dans la formation, la recherche et l’innovation (FRI). Entre 2017 et 2020, les investissements FRI pourront augmenter de 2 % au maximum, soit bien moins que jusqu’à présent ; et ce même si le domaine de la formation subit déjà les effets du programme d’économies en cours. Pour le conseiller national (FR) Jean-François Steiert,  » la majorité de droite du Conseil fédéral définit mal ses priorités. Nous devons tout faire pour rester dans le peloton de tête international en matière de formation, de recherche et d’innovation. C’est la seule façon de garantir l’emploi et notre bien-être à long terme. » A l’instar du parlement, le PS souhaite une priorisation des investissements FRI. Ceux-ci devraient pouvoir croître de 3,9 % par année. Continuer

RIE III : un libre-service pour cadeaux fiscaux en tout genre

La Commission économie et redevances du Conseil national (CER-N) a massivement surchargé le bateau du troisième volet de la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III). Les pertes engendrées pour la Confédération, les cantons et les communes prendraient encore clairement l’ascenseur, pour s’établir à deux milliards de francs au minimum. Le Conseil des Etats avait pour sa part déjà prévu des pertes annuelles de 1,3 milliard. Pour Ada Marra, conseillère nationale (VD),  » les partis de droite envisagent la RIE III comme un libre-service pour baisses fiscales en tout genre. Ils ont totalement perdu de vue l’objectif initial de la réforme, qui visait la suppression des privilèges fiscaux des Holdings internationales ». Continuer

Syrie : intensifier les efforts pour la paix – protéger les réfugié-e-s

Lors de la séance préparatoire, le Groupe socialiste s’est informé sur la situation syrienne et est particulièrement inquiet sur la poursuite des conflits. Le Groupe condamne l’escalade de la violence et exige une solidarité européenne envers les réfugié-e-s syrien-ne-s. L’égoïsme national et les plafonds imposés ne peuvent être des réponses acceptables face aux personnes fuyant la guerre et la misère. La guerre en Syrie doit trouver son épilogue, raison pour laquelle les livraisons d’armes au Proche-Orient en provenance de la Suisse doivent immédiatement cesser. Continuer

Chaque voix compte pour l’Etat de droit

Le sondage publié aujourd’hui ne doit pas occulter le fait que l’issue des votations du 28 février reste très incertaine. Pour l’initiative de mise en œuvre, le Gothard ou encore l’initiative du PDC sur le mariage, la tendance est positive, mais rien n’est encore joué. Pour que la Suisse du 28 février soit respectueuse de l’Etat de droit, écologique et progressiste, chaque voix compte ! Continuer

En finir avec les économies idéologiques

Les comptes 2015 de la Confédération se bouclent avec un excédent de 2,3 milliards de francs. Ce qui devrait en soi être réjouissant n’est en réalité que la poursuite d’erreurs de prévisions à répétition: au cours des dix dernières années, les excédents cumulés pour la Confédération s’élèvent à 27 milliards de francs, alors que les budgets prévoyaient dans le même temps un manco de 200 millions. Pour Jacques-André Maire, conseiller national (NE),  » le discours trompeur sur les finances de l’Etat permet de mener une politique d’austérité de droite et de démantèlement des prestations de l’Etat ». On doit maintenant y mettre un terme : le PS exige, au vu des comptes 2015 extrêmement positifs, que le  » programme de stabilisation » soit suspendu pour une année. Continuer

Exportations d’armes: un commerce irresponsable de la droite

La majorité de droite de la Commission de la politique de sécurité (CPS-N) a rejeté un moratoire sur l’exportation et souhaite à nouveau livrer des armes dans la péninsule arabique. Selon les médias, il s’agirait d’une transaction évaluée à un milliard. Pour Pierre-Alain Fridez, conseiller national (JU),  » cette décision est déconcertante : exporter des armes dans une région où règnent guerre et violence, jetant des millions de personnes sur les routes de l’asile est une folie, une hypocrisie et d’une rare irresponsabilité ». Le Conseil fédéral doit mettre un terme à la livraison d’armes à l’Arabie saoudite, ainsi qu’à d’autres pays autocratiques, qui mènent une guerre au Yémen. En effet, cela contrevient à l’ordonnance sur le matériel de guerre. Continuer

L’initiative sur la transparence prête à être lancée

La coalition  » alliance pour plus de transparence dans le financement politique », qui est sur le point de lancer une initiative, a désigné trois femmes à sa Présidence : Nadine Masshardt (PS/BE), Lisa Mazzone (les Verts/GE) et Rosmarie Quadranti (PBD/ZH). Le texte de l’initiative en question est actuellement en phase d’examen préliminaire auprès de la Chancellerie fédérale. L’initiative exige que les partis et les comités politiques rendent public leurs finances, notamment lorsque des dons dépassent 10’000 francs. Continuer

Le parlement a déjà oublié ses promesses pour plus de transparence

La Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-N) a rejeté presque toutes les propositions visant à améliorer la transparence en politique. Seules deux d’entre elles, se rapprochant sérieusement d’un vague alibi, ont pu trouver une majorité. Pour Valérie Piller Carrard, conseillère nationale (FR),  » le parlement a visiblement une bien courte mémoire, en particulier sur la droite de son échiquier politique. Il y a quelques mois à peine, et dans la foulée de ‹ l’affaire Kazakhstan ›, des promesses ont été faites en faveur d’une plus grande transparence. Les élections étant aujourd’hui terminées, les promesses semblent avoir été rapidement oubliées ». Afin de faire enfin la lumière les flux financiers en matière politique, le PS a rejoint l’alliance  » pour plus de transparence dans le financement politique », qui lancera une initiative populaire dans les prochaines semaines. Continuer

Le parlement a déjà oublié ses promesses pour plus de transparence

La Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-N) a rejeté presque toutes les propositions visant à améliorer la transparence en politique. Seules deux d’entre elles, se rapprochant sérieusement d’un vague alibi, ont pu trouver une majorité. Pour Valérie Piller Carrard, conseillère nationale (FR),  » le parlement a visiblement une bien courte mémoire, en particulier sur la droite de son échiquier politique. Il y a quelques mois à peine, et dans la foulée de ‹ l’affaire Kazakhstan ›, des promesses ont été faites en faveur d’une plus grande transparence. Les élections étant aujourd’hui terminées, les promesses semblent avoir été rapidement oubliées ». Afin de faire enfin la lumière les flux financiers en matière politique, le PS a rejoint l’alliance  » pour plus de transparence dans le financement politique », qui lancera une initiative populaire dans les prochaines semaines. Continuer