Allgemein

Une attaque contre le tournant énergétique évitée

Plus aucune centrale nucléaire ne peut être construite en Suisse. La CEATE-N a rejeté une requête de droite visant à lever l’interdiction de nouvelle construction. Ainsi, le cœur du tournant énergétique – à savoir la sortie du nucléaire – reste intacte. Pour le conseiller national Roger Nordmann (VD)  » les centrales nucléaires font partie du passé, l’énergie du futur doit être renouvelable ». Par conséquent, les centrales nucléaires existantes – particulièrement celle de Beznau, la plus ancienne – doivent être mises hors service dès que possible. Continuer

Un trou financier au Gothard et le renvoi de personnes intégrées en Suisse ?

Le sondage relatif aux votations du 28 février prochain et publié aujourd’hui par l’institut gfs.bern indique certaines tendances inquiétantes. Ainsi, une majorité de Suissesses et de Suisses serait prête à soutenir l’initiative inhumaine de  » mise en œuvre », qui automatiserait le renvoi de personnes nées et intégrées en Suisse. Dans la foulée, la population accepterait de dilapider des milliards de francs pour un second tunnel routier au Gothard. Continuer

NON à l’initiative onéreuse et rétrograde du PDC

Le comité interpartis a présenté aujourd’hui à Berne ses arguments contre l’initiative  » Pour le couple et la famille – non à la pénalisation du mariage ». Le PLR, le PS, les Verts, les Verts libéraux ainsi qu’une large coalition d’ONG – représentée par Pro Aequalitate et Operation Libero – rejettent fermement cette initiative qu’ils jugent onéreuse, discriminatoire et rétrograde. Sa définition obsolète et étroite du mariage discrimine les couples de même sexe et exclut l’imposition individuelle – qui représente pourtant la voie royale pour mettre un terme à la  » pénalisation du mariage ». Par ailleurs, un oui le 28 février entraînerait un trou de plusieurs milliards dans les caisses de la Confédération. Continuer

Le PS Migrant-e-s dit NON à l’initiative de mise en œuvre discriminatoire et excessive

L’initiative de mise en œuvre menace le droit de séjour de deux millions de personnes en Suisse, dont celui de 400’000  » secondas » et  » secondos », nés ici. Elle crée une justice à deux vitesses et bafoue l’Etat de droit ainsi que la protection des minorités. Lors d’une conférence de presse ce matin, le PS Migrant-e-s a exposé les dangers de cette initiative inhumaine. Le PS Migrant-e-s se joint à de nombreux Partis et Organisations issus des communautés allemande, française, italienne, albanaise, alévite, arabe, kurde, portugaise, slovène-croate-serbe-bosniaque, espagnole, tamoule et turque pour rejeter avec véhémence cette initiative. Continuer

Un an après le choc du franc, la BNS a besoin d’objectifs clairs

Un an après la suppression du cours-plancher avec l’euro, les conséquences en sont de plus en plus dramatiques : hier, Alstom a annoncé la suppression de 1300 postes en Suisse. La conjoncture a été étouffée par la BNS. Pour les travailleuses et travailleurs, la décision dévastatrice de la BNS a augmenté les risques de pertes d’emplois, conduit à des réductions salariales ou encore imposé du chômage partiel. C’est pourquoi le PS exige que les objectifs de la BNS soient précisés : pour le PS, un nombre élevé de places de travail, un cours du change stable et le maintien du pouvoir d’achat font partie intégrante de  » l’intérêt général du pays ». Ainsi, les procès-verbaux de la BNS doivent être rendus publics, afin d’améliorer la transparence et la lisibilité de ses décisions. Continuer

Non à l’attaque de l’UDC contre notre Etat de droit

 » L’initiative de mise en œuvre » de l’UDC, sur laquelle la population se prononcera le 28 février 2016, est une attaque frontale à notre Etat de droit et à nos institutions. Elle viole le principe de la séparation des pouvoirs, prive le parlement démocratiquement élu de certaines de ses prérogatives et remet en question tant les droits fondamentaux que les droits humains. L’UDC utilise les droits populaires comme un pur instrument de campagne électorale. Le PS, les Verts, la Jeunesse socialiste, les Jeunes Verts, Unia, Solidarité sans frontières, FIMM, ECAP et l’Union syndicale suisse ont formé le  » Comité pour l’Etat de droit – NON à l’initiative de mise en œuvre », afin de combattre ensemble cette initiative antidémocratique. Continuer

L’UDC et le PLR provoquent une hausse des primes

La majorité de droite au Conseil national a sabordé, par 97 voix contre 96, le gel des admissions de nouveaux médecins dans le domaine ambulatoire. Avec cette décision, l’UDC et le PLR portent préjudice aux patientes et patients. Si un nombre illimité de cabinets voit le jour, les primes vont massivement augmenter. L’intention de l’UDC et du PLR est aussi claire que perfide : ils pourront ainsi utiliser l’explosion des primes, qu’ils auront eux-mêmes provoquée, pour exiger la levée de l’obligation de contracter. Ils pourront enfin réaliser un des vœux les plus chers de leurs généreux sponsors, assureurs de leur état, et ce aux dépends des patient-e-s. Continuer

La clause de sauvegarde est un placébo

La clause de sauvegarde n’est qu’un placebo sans impact réel. Ce que le Conseil fédéral a présenté aujourd’hui comme mesures d’accompagnement à la mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse (IIM) est loin d’être suffisant. Et c’est sans parler de l’initiative contre la pénurie de personnel qualifié du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, qui n’a pour l’instant abouti à rien d’autre que de vagues intentions et des tables rondes. Le PS exige des mesures tangibles pour lutter contre la pression sur les salaires et le chômage. La pénurie de logements et l’augmentation des loyers appellent également une réaction. Pour le PS, ces réformes de politique intérieure doivent impérativement être liées à la mise en œuvre légale de l’IIM. Il s’agit du seul moyen pour parvenir à une application socialement adaptée et acceptable pour la population. Continuer

Budget de la Confédération : un compromis boiteux qui ne réjouit que les paysans

Au Conseil national, le PS a aujourd’hui approuvé, en serrant les dents, le compromis de la conférence de conciliation. Pour la conseillère nationale (TI) Marina Carobbio Guscetti, la plus grosse critique concerne l’augmentation de 90 millions pour les subventions à l’agriculture :  » le problème est simple : les mêmes milieux qui souhaitent à cor et à cri à une politique d’austérité et de démantèlement, ne cessent d’augmenter les moyens dans le domaine de l’agriculture ». Toutefois, ce compromis a permis d’écarter les propositions irresponsables de l’UDC et du PLR exigeant des coupes forfaitaires transversales. Continuer