Allgemein

Mettre un terme au démantèlement des prestations sur le dos de la classe moyenne

Le  » programme de stabilisation » présenté aujourd’hui par le Conseil fédéral n’est rien d’autre qu’un démantèlement des prestations de l’Etat, dont la facture est directement adressée à la classe moyenne. Celle-ci sera doublement touchée : tant par une hausse d’impôts que par une baisse de prestations si le Conseil fédéral procède, comme annoncé aujourd’hui, à des coupes budgétaires s’élevant à 2,8 milliards de francs durant les trois prochaines années. Pour Marina Carobbio Guscetti, conseillère nationale (TI) et vice-présidente du PS Suisse,  » le programme de démantèlement est la conséquence directe d’une politique fiscale erronée, orientée en faveur des capitaux et aux dépens des contribuables classiques ». Le PS s’engagera pour que la majorité de droite ne perpétue pas cette politique déficiente une fois de plus au travers de la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III). Continuer

La Suisse se rend à la Conférence de Paris sur le climat avec un mandat minimal

Le mandat de négociation de la délégation suisse pour la Conférence de Paris sur le changement climatique est minimaliste. Une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 50% d’ici à 2030 ne suffit pas, notamment parce que le Conseil fédéral veut réaliser des économies par l’intermédiaire de projets menés à l’étranger. Même les garanties financières de CHF 100 millions données jusqu’à présent au Fonds vert pour le climat ne contribuent pas dans une mesure suffisante à l’objectif global de limitation du réchauffement climatique à 2 degrés, comme le prévoit également la loi sur le CO2. Continuer

Spéculation : Le vote du peuple doit corriger l’approche du Conseil fédéral

Le Conseil fédéral a décidé aujourd’hui de ne pas ancrer les  » limites de position » contre la spéculation des biens alimentaires dans l’ordonnance sur l’infrastructure des marchés financiers (OIMF). Pour le conseiller national (VS), Mathias Reynard,  » il est regrettable que le Conseil fédéral n’ait pas décidé de cadrer l’activité de certains groupes financiers. Ceux-ci misent sur une hausse des prix des biens alimentaires, sans créer la moindre valeur, tout en augmentant la faim et la pauvreté dans les pays du Tiers-monde ». Ceux qui estiment que cette spéculation, très éloignée des principes éthiques, devrait être cadrée pourront voter OUI le 28 février prochain à l’initiative  » stop à la spéculation ». Continuer

Roger Nordmann nouveau président du Groupe socialiste

Le Groupe socialiste aux Chambres fédérales a élu aujourd’hui Roger Nordmann à sa Présidence. Le conseiller national vaudois a obtenu les voix suffisantes au troisième tour de scrutin. A 42 ans, Roger Nordmann apporte sa très grande expérience, notamment comme représentant du canton de Vaud au Conseil national depuis 2004. Il a par ailleurs fonctionné comme vice-président du Groupe au cours des quatre dernières années. Son entrée en fonction comme président du Groupe socialiste coïncidera avec le début de la session d’hiver. Continuer

RIE III : un cadeau fiscal pour riches actionnaires ?

Le PS ne soutiendra pas la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III), sous la forme adoptée aujourd’hui par la Commission économie et redevances du Conseil des Etats (CER-E). Non seulement les milliards de pertes engendrées par la dernière réforme ne seront pas compensés, mais le nouveau volet prévoit, de surcroît, des trous supplémentaires pour le budget de la Confédération. La droite entend faire de nouveaux cadeaux fiscaux aux riches actionnaires et aux grandes entreprises. Comme de coutume, la coopération au développement, la formation, l’agriculture et le service public feront les frais de cette politique. Continuer

Egalité salariale : enfin un premier pas concret du Conseil fédéral

Le Conseil fédéral a présenté aujourd’hui son projet de modification de la loi sur l’égalité entre femmes et hommes (LEg). Trente-quatre ans après l’introduction de l’article constitutionnel sur l’égalité, sa mise en œuvre n’est toujours pas réalisée. Pour Jean Christophe Schwaab, conseiller national (VD),  » le gouvernement donne enfin un signal fort en faveur de l’égalité salariale. L’autorégulation est un échec et nous devons maintenant prendre des mesures concrètes pour la faire appliquer ». Si le PS salue la direction choisie, il regrette malgré tout le manque d’ambition, notamment sur les conséquences pour les entreprises qui persisteraient dans des pratiques illégales. Continuer

Victoire historique du PS au Conseil des Etats

Lors du second tour des élections au Conseil des Etats, les électeur-trice-s ont clairement réagi aux résultats des élections fédérales du 18 octobre. De toute évidence, le peuple a souhaité corriger le glissement à droite du Conseil national. Après les brillantes réélections des conseiller-ère-s socialistes romands dimanche dernier, Hans Stöckli (BE), Roberto Zanetti (SO) et Paul Rechsteiner (SG) ont tous été reconduits dans leur mandat à la chambre haute. Continuer

Les cigarettiers se moquent de la santé des jeunes

Le Conseil fédéral a présenté aujourd’hui son projet de loi sur les produits du tabac. Si certaines harmonisations entre les cantons et avancées notables en matière de prévention sont à relever, le Parti socialiste regrette que le gouvernement ait cédé du terrain face aux milieux économiques et aux lobbys du tabac. Pour Rebecca Ruiz, conseillère nationale (VD),  » la santé publique et la prévention, auprès des plus jeunes en particulier, doivent primer sur les intérêts purement économiques des fabricants de cigarettes ». Continuer

Le PS résiste à la déferlante de droite

Les brillantes réélections de Christian Levrat (FR), Géraldine Savary (VD) et Liliane Maury Pasquier (GE) au Conseil des Etats représentent un grand succès pour le PS. Si les conseillers sortants sont également réélus lors des prochains scrutins du second tour, le PS sera plus fortement représenté que jamais au Conseil des Etats. Cependant, le PS regrette vivement la non-réélection du vert Luc Recordon à la Chambre haute. Ceci constitue une perte considérable pour la Suisse écologique et sociale. Continuer

Le congé paternité souffre de sérieux retards

Les sondages le démontrent : la population plébiscite largement un congé paternité. Pourtant, la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil des Etats (CSSS-E) a rejeté la variante minimaliste proposant deux semaines de congé paternité. Pour la conseillère aux Etats (GE), Liliane Maury Pasquier,  » la CSSS-E fait l’autruche, le congé paternité répond pourtant à un double besoin. D’une part les parents, les mères comme les pères, veulent consacrer plus de temps à leurs enfants. D’autre part, l’économie est demandeuse de solutions permettant de mieux concilier vies professionnelle et familiale ». Continuer