Allgemein

L’exclusion permanente d’Erasmus+ n’est pas acceptable

Les étudiant-e-s, les apprenti-e-s et les organisations de jeunesse suisses demeurent exclu-e-s du programme d’échange européen Erasmus+, conséquence négative de l’initiative contre l’immigration de masse de l’UDC. La solution transitoire envisagée par le Conseil fédéral ne fonctionne pas sur le long terme ; au plus tard, dès 2021, la Suisse doit à nouveau être membre à part entière d’Erasmus+. L’argent ne doit en rien influencer des décisions concernant la participation de la Suisse à des programmes européens de formation académique et professionnelle. Continuer

L’initiative RASA a atteint son objectif

Après que le Conseil fédéral a renoncé à un contre-projet à l’initiative RASA, les chances d’en voir naître un sont désormais infimes. Sur le principe, le PS reste ouvert à un contre-projet. Si tel ne devait pas être le cas, un retrait de l’initiative serait perçu, du point de vue du PS Suisse, comme une issue logique. L’objectif de RASA, à savoir le sauvetage des bilatérales suite à l’initiative contre l’immigration de masse de l’UDC, est atteint, puisqu’aucun référendum n’a abouti contre le projet de mise en œuvre du Parlement. Continuer

Dépenses de l’armée : plus d’argent, mais aucun concept

Les partis de droite proposent, une fois encore, d’offrir plus d’argent à l’armée. Et une fois encore, aucune réflexion sur la politique de sécurité et aucun concept ne viennent argumenter cette demande. Ainsi, la volonté de la majorité de droite de la Commission de la politique de sécurité du Conseil national (CPS-N) de moderniser la capacité des F/A-18 à combattre des cibles terrestres, n’est soutenue par aucun scénario plausible. Par conséquent, le Conseil fédéral a toujours rejeté cette mise à niveau en raison des coûts qu’elle générerait. Continuer

Un nouveau projet de réforme fiscale juste et équilibré

Le Comité directeur du PS Suisse a défini aujourd’hui les éléments-clefs fondamentaux pour la nouvelle mouture de la RIE III. Le PS propose une nouvelle réforme de l’imposition des entreprises qui soit acceptable pour toutes et tous, et attend des concessions de la part des associations économiques, ainsi que des partis bourgeois. Le refus massif du peuple lors de la première version de la RIE III prouve que les citoyen-ne-s désirent une réforme aussi équilibrée qu’équitable, n’ayant pas pour conséquence un gouffre se chiffrant en milliards. Continuer

Pénaliser financièrement les personnes malades ?

La Commission de la santé du Conseil national (CSSS-N), dominée par des représentant-e-s des caisses, mène un nouveau combat contre les personnes malades. Ainsi, celui qui n’opterait pas pour un modèle standard de franchise à 300 francs, n’aurait le droit de modifier cette dernière que tous les trois ans. Ainsi, les franchises plus élevées, considérées comme des modèles spéciaux, ne seraient attractives que pour des personnes en pleine santé. La suite est claire : de futures désolidarisations sur le dos des personnes souffrant de problèmes de santé et encore plus de possibilités visant à permettre une sélection des risques pour les caisses. Continuer

Pas d’impunité pour les fraudeurs

Le Conseil fédéral confirme qu’il rejette l’initiative pour la fraude fiscale lancée par l’UDC, le PLR et le PDC, tout comme le contre-projet du Conseil national. Le PS soutient pleinement la décision du Conseil fédéral. L’initiative comme le contre-projet servira uniquement à protéger les fraudeurs fiscaux des poursuites pénales et à instrumentaliser la place financière suisse pour en faire une plaque tournante de l’argent sale. Continuer

La majorité de droite attaque la sécurité sociale

Le PS a combattu aujourd’hui en Commission des Finances (CdF-N) la motion adoptée par la majorité de droite intitulée  » réduire les dépenses liées ». Avec cette motion, l’UDC et le PLR, ainsi que leurs alliés, attaquent directement la sécurité sociale. En clair : les domaines concernés par les coupes seront l’AVS, l’AI, les prestations complémentaires ou les subsides d’assurance-maladie. Continuer

La protection de l’enfant et de l’adulte dans les mains des professionnels

La professionnalisation de la protection de l’enfant et de l’adulte fait ses preuves, comme le montre aujourd’hui le rapport sur l’APEA du Conseil fédéral. L’APEA (Autorité de protection de l’enfant et de l’adulte) travaille avec des personnes – et parmi eux de nombreux enfants – qui se trouvent dans des situations de vie particulièrement difficiles. Ce travail, demandant une grande sensibilité, est entre les mains de personnes spécialisées formées aux difficultés du métier. C’est pourquoi le PS est convaincu de l’actuel fonctionnement de l’APEA. Cette Autorité doit encore s’améliorer, mais son démantèlement ne doit pas être à l’agenda politique. Continuer